dimanche 23 septembre 2012

Quand on aime que les bananes mais qu’on aimerait tester, pour voir, une prune.

Publié par V pour Vend des Tas. à 02:27

Les gazelles, 




Mettons les choses au clair. Je ne suis en rien lesbienne. Je ne le deviendrais jamais. J’aime vraiment trop les phallus. Comment ça il ne faut jamais dire jamais ? Peut-être que pour vous la chose est plus obscure. Mais je vous garantie que rien ne me ferait changer d’avis.
À moins que les femmes puissent se faire greffer des zizis et qu’elles ressemblent toutes à Miranda Kerr ou/et Alessandra Ambrosio. Là, j’avoue, peut-être que j’aurai envie de devenir lesbienne. Mais sinon ce n’est pas envisageable. (Attention gros cliché mais pas franchement faux non plus hein ?) Je n’ai pas envie de me raser les cheveux, de porter un piercing à l’arcade et de m’habiller comme un mec des années 2000.


Passons au sujet sérieux sur lequel je voulais débattre (remet ses lunettes sur son nez) avec vous.
Il est vrai que depuis que je dois avoir 18 ans, il m’a déjà traversée l’esprit d’avoir une relation juste sexuelle avec une fille. Je suis curieuse de nature et curieuse par la nature.
Je veux éviter de mourir conne aussi en me disant que je n’ai pas profité de ma jeunesse pour découvrir de nouvelles choses, de nouvelles sensations. Et parce que faire une crise de la quarantaine pour une nana c’est mal vu. Honnêtement !
Ma question : Comment faire pour trouver une nana avec qui tenter l’expérience ?
Et bien oui, je ne vais certainement pas prendre une fille que je connais. Soyons sincères, c’est juste glauque au possible. Comment faire pour se regarder dans le blanc des yeux après lui avoir lécher la moule ?


Avec S pour Suceuse de Glaçons, on en a déjà discuté toutes les deux. Entre deux strings chez Etam Lingerie. Et on s’est dit qu’on ne pourrait jamais le faire à deux. Parce que de une, on oserait pas se regarder avant, pendant et après ; de deux, on est trop bonnes au lit toutes les deux on pourrait mourir d’une crise cardiaque en se frottant les noix de St Jacques. Non, ce ne serait même pas le choc de la voir nue (Dédicace Indochine) ou qu’elle me voit nue. Je ne suis pas du genre pudique pour un sou et elle n’a ni froid aux yeux ni entre les jambes. Bien que nous n’ayons rien à voir physiquement, on ne se cache pas. Elle est petite, brune et très mince. Moi grande, blonde et Monroesque. On s’en bat les chicons.
Je me suis rappelée alors que sur AdopteUnMec.com, quand on est une fille on a la possibilité de voir le profil des autres filles. Voilà je n’ai plus qu’à me trouver une fille dans mon style qui voudra bien tester la chose comme moi. Je préfère éviter les lesbiennes mais bon. On ne fera pas la difficile pour le peu qu’elle me plaise, ça m’ira. Je n’ai pas envie d’attendre la princesse charmante qui chie des papillons, vomit des confettis et prout des jets de paillettes. Je cherche le déclic. Celle qui me fera tourner la tête et me dire : Pourquoi pas !

J’en avais trouvé une. J pour Joliemaisvraimentilfallaitunpsy. J. avait tout ce qu’il fallait pour me plaire, elle cherchait déjà la même chose que moi. C’est un bon point. Elle était vraiment jolie. En photo. Au fur et à mesure des conversations, elle me dit avoir une maladie de peau qui lui donne juste l’envie de se détester, elle se trouve laide etc… Bref, je suis une nana je connais le refrain par cœur. Je la complimente patati patata. Je me suis vraiment sentie dans la peau d’un mec pour la première fois de ma vie à ce moment là. À écouter des malheurs à la con dont je me fichais éperdument. On décide de se rencontrer pour voir si le feeling passe. Oui je ne couche pas comme ça. J’ai besoin d’un minimum syndical. Sinon c’est mort. Même une fille.
On se rencontre un après midi, on se promène, on se parle. Enfin non je dis des conneries. Elle me parle. De tout… Non ! De ses problèmes, que de ses problèmes. « Mon ex ceci, mon ex cela. Mon plan cul machin est un connard,  mes problèmes de peau patati patata. »
Rien à faire, 4h de suite. Elle n’a pas lâché l’affaire. Autant vous dire que ça couperait la chique à n’importe qui. Fille ou garçon. Déjà que j’avais du mal à me mettre dans la tête que je devais la séduire. Complètement absurde pour moi. Alors si elle rendait la chose encore plus difficile ce n’était pas la peine de venir. J’avais juste envie de partir.
Je rentre, dépitée par ce rendez-vous. Je parle directement avec R pour Raahcestsympacecunitoutdemême. Oui, j’avais dit que si j’aimais bien faire l’amour avec une fille on testerait à trois. À voir. Lui attendait beaucoup de mon rendez-vous, savoir s’il allait avoir son cadeau de Noël en avance.


Je ne perds pas pied, je repars en chasse, fusil à l’épaule. Me revoilà tombant sur une autre nymphette. J pour Joliemaistropglauque a 25 ans, elle se dit dégoutée du comportement des hommes et cherche la compagnie (et le sexe) des femmes. Pile (poil ?) ce qu’il me faut. Je ne perds pas de temps et j’entre en contact. Oups ! J’aurai mieux fait de me méfier de ces airs de jeune prude. On parle et elle part de suite dans une discussion de séduction. Ça me change de l’autre au moins.
Elle me drague ouvertement, je suis plutôt pour. Même si elle ne fait pas franchement dans la drague métaphorique. « Sinon t’es plutôt pour les gros seins ? Moi j’en ai des gros »… Que rajouter à ça ? « Si j’aime bien. »
Elle me demande de l’ajouter sur Facebook. Ok. Et là… SURPRISE ! C’est Shogoon Tonight dans son Facebook. Pleins de contacts mais surtout des groupes super sympas comme Club Libertin, Libertinage, Lesbians love Heteros… Je vous l’ai fait courte.
Elle commençait à me faire flipper, moi qui pensais qu’elle voulait juste tester les filles, elle avait l’air fortement au courant sur le sujet et la question. Elle m’annonce de but en blanc qu’elle voudrait coucher avec moi rapidement et qu’elle couchait avec un homme marié et libertin qui possédait un hammam chez lui. Et qu’on pouvait coucher ensemble là bas, que ce serait sympa toussa toussa. Elle me dit que le gars qui se nomme G pour Gbleuujaivomitellementilestmoche est très bien monté et que ça ne se voit pas au premier regard. G. est très gentil, qu’il me trouve attirante et qu’il aimerait qu’on se fasse un plan à trois. Hop là boum, le voilà en train de me demander en ami sur Facebook. Dites vous que je n’ai toujours pas dit un seul mot. Elle parle, tout pour me convaincre de l’ajouter. Je dis : ok. Je l’ajoute et voilà j’en ai deux pour le prix d’un. Les libertins, ils t’envahissent comme les roumains. C’est un truc de dingue. Bon après moult compliments sur ma poitrine et mes fesses, je le vire. Et elle aussi. Elle m’embarquait déjà dans son club alors que moi je voulais simplement tester la chose. Et puis moi, les «  Bah alors on t’a pas vu à la soirée électorale ? C’est moi qui faisais l’urne ! Y a pas eu d’abstentions ! ». Je m’en passe volontiers. Merci bien.

Je ne suis pas encore assez lubrique pour ce genre de chose.

Je cherche toujours la fille pour tester. Peut-être que je ne trouverais jamais. Qui sait ? Il ne sert à rien de s’avancer, de prévoir. Il faut vivre avant tout. Au moins j’aurai essayer de tester. C’est déjà pas mal en soit. 


À la revoyure les petits coquelicots.

MAJ : Je n'ai toujours pas trouvé l'Élue. Je pense que, telle le Messie, elle n'arrivera sans doute jamais. 

3 commentaires :

léia a dit…

as-tu trouvé?

V pour Vend des Tas. a dit…

Non pas encore Léia... Pourquoi donc ?

Yohann a dit…

Je suis entrain de lire tous tes billets depuis hier (Oui oui, ça intéresse même un homme) et je me pose la question de "Et maintenant? Est ce qu'elle a trouvé? :)

Enregistrer un commentaire

Une histoire coquine (ou pas) à faire partager ? :)

 

Histoires du Soir Template by Ipietoon Blogger Template | Gadget Review